Archives de Catégorie: Usages numériques

Bibliothèques et innovation

Par défaut

Bibliothèques et innovation… l’alliance peut sembler à certains (mais qui ???) contre nature, et pourtant les bibliothèques – et plus largement les institutions patrimoniales, archives, musées – sont d’incroyables creusets d’innovation, aussi bien technique (web de données, fouille de données, web mobile, datavisualisation, etc.) que d’usages (crowdsourcing, open data, fab labs, bibliobox, etc.).

CC BY-NC-SA VancityAllie (Flickr).

Mitonnons l’innovation en bibliothèques… Miam !
CC BY-NC-SA VancityAllie (Flickr).

Le BBF consacre ainsi son dernier numéro à l’innovation dans le domaine patrimonial, et plus particulièrement en bibliothèques. On y découvre des expérimentations passionnantes autour des bibliothèques numériques, de l’interopérabilité des données patrimoniales, des digital humanities, de la médiation numérique, de la culture participative. A lire de toute urgence !

Pour aller plus loin, on peut regarder la synthèse L’innovation en bibliothèque (2013) de Thomas Chaimbault, qui multiplie des exemples plus bluffants les uns que les autres… D’autres chouettes exemples (bien que moins contextualisés) sont recensés dans le livre blanc La bibliothèque quatrième lieu, espace physique et/ou d’apprentissage social (2012) de Victoria Pérès-Labourdette Lembé. N’oublions pas non plus bien entendu les projets de l’initiative Biblio Remix, qui invitent à repenser complètement l’espace de la bibliothèque et ses relations avec les usagers.

… et tant d’autres qu’il est impossible de tous les citer (vous admirerez la pirouette pour éviter qu’on me reproche quelque oubli)… N’hésitez pas à indiquer en commentaire d’autres projets innovants, pour enrichir collaborativement la liste ! Citons aussi l’initiative de l’Enssib qui se propose, à travers les billets de son EnssibLab, de fournir une veille régulière sur les projets d’innovation numérique en bibliothèques.

Et comment ne pas terminer en signalant que se tient en ce moment même le premier hackathon Dataculture organisé par le ministère de la Culture autour des données publiques culturelles numériques (même s’il ne concerne pas QUE les bibliothèques, ne soyons pas sectaires) ? Jugez plutôt :

Pourquoi consacrer un week-end d’automne à imaginer, designer et coder des applis, alors que vous pourriez le passer tranquillement chez vous à mitonner, avaler des séries ou lire un bon livre ?

D’abord parce que c’est le premier événement de ce type organisé par le ministère de la Culture et de la Communication. Il s’inscrit dans une démarche forte du ministère visant à favoriser l’appropriation par le plus grand nombre des données publiques culturelles, afin de rendre la culture plus accessible.

A cette occasion, le ministère libérera plus d’une centaine de jeux de données issus des établissements culturels français. Ceux-ci viendront s’ajouter aux données publiques déjà disponibles sur data.gouv.fr. La liste des données mobilisées pour ce hackathon sera bien disponible sur data.gouv.fr.

L’enjeu de ce hackathon est avant tout créatif : il s’agit de concevoir des services utiles, innovants et ludiques qui favoriseront la transmission culturelle et permettront au public dont les plus jeunes d’enrichir leurs connaissances.

En attendant la synthèse de ce hackathon (vivement, vivement), il ne nous reste qu’à suivre en direct sur Twitter le récit des aventures des dataculturistes…

Bon, alors, il y a encore des incrédules  pour nier l’esprit d’innovation des bibliothèques ? Là, je ne peux plus rien pour vous…

Publicités

Les Français et le monde numérique : allez hop, on y va, en route pour l’aventure !

Par défaut

L’Inria vient de publier les résultats de la première édition de son baromètre « Les Français et le Nouveau Monde numérique », qui analyse la compréhension que les Français ont de l’influence du numérique sur le monde.

  • 39% des Français sont passionnés par le monde numérique, 71% sont curieux (la plus belle et la plus indispensable des qualités dans ce monde, j’en suis persuadée : la curiosité permet d’apprendre, d’évoluer, de s’adapter, d’être à l’écoute, bref, soyons curieux !)
  • 56% des Français ne peuvent plus se passer d’Internet,
  • … mais une mauvais compréhension des enjeux et possibilités du numérique (50% pensent que les objets ne pourront jamais communiquer entre eux par Internet…)

Quelques indications (et indicateurs) de plus, donc, pour comprendre nos usagers, et adapter l’offre numérique culturelle à leurs usages. Pour appuyer également le rôle des bibliothèques et des institutions culturelles dans l’éducation au monde numérique, à ses enjeux, à ses atouts, à ses risques.

Pour compléter la synthèse de l’Inria, allez donc consulter ces deux autres ressources récentes (2011) sur les usages numériques de nos concitoyens :

Et vous ? L’Inria propose de tester quel type de « voyageur » numérique vous êtes… A votre avis ?

Bon, moi il paraît que je suis une grande exploratrice… Y en a-t-il d’autres pour venir féminiser avec moi les grands chemins du monde numérique ?