Archives de Catégorie: Web participatif

Web 2.0 et archives : savoir perdre le contrôle

Par défaut

Web 2.0

Méditons un instant sur cette vérité profonde. Ommmmm.... CC-BY-NC-ND Daniel F. Pigatto, source : Flickr.

Voici une présentation fort intéressante de Jane Stevenson (qui fait partie de l’équipe du portail d’archives britannique Archives Hub) sur l’utilisation du Web 2.0 par les services d’archives, « The impact of Web 2.0 on archives« .

Bon, je n’aime pas trop l’expression Web 2.0, trop marketing et faussement geek, je lui préfère « Web participatif », qui est plus intuitivement compréhensible. Mais à part ça, rien à redire à cette excellente présentation, qui ne cache rien des enjeux et risques de ces technologies et usages, tout en parvenant à diffuser un enthousiasme contagieux (d’aucuns diront que j’étais déjà contaminée… certes, j’avoue).

Je trouve particulièrement intéressante la partie intitulée « Letting go« , qui répond aux inquiétudes de la plupart des archivistes (oui, les archivistes sont des control freaks, il faut l’assumer pour avoir une chance d’en guérir…).  Pour tirer tout le bénéfice du Web participatif et des apports des usagers (aide à la description des documents, ajouts d’archives personnelles, commentaires et échanges, etc.), il faut apprendre à perdre le contrôle (de façon raisonnable et encadrée, bien entendu), tant sur les contenus et descriptions réalisés par les internautes que sur les informations qu’ils peuvent échanger entre eux dans les espaces mis à leur disposition.

Les retombées en termes de fréquentation, de valeur ajoutée, d’échanges, de réputation valent largement le coup.

Alors, apprenons à laisser aller, à laisser faire, à laisser filer. Nous avons plus à y gagner qu’à y perdre.

Publicités

Quand les institutions culturelles découvrent Wikimédia et les wikimédiens…

Par défaut

L’association Wikimédia France a signé samedi dernier 2 octobre 2010 une convention de partenariat avec la ville de Toulouse, qui concerne plus particulièrement le muséum d’histoire naturelle (ce qui n’étonnera personne), mais aussi les Archives municipales.

Ce projet, l’une des premières collaborations officielles en France entre Wikimédia et des institutions culturelles, attire l’attention du milieu culturel  sur les expériences qui peuvent être ainsi réalisées, et sur les atouts que représentent les projets Wikimédia et la communauté des wikimédiens pour la numérisation et la diffusion du patrimoine.

Toulouse, la ville rose

Ça tourne bien rond dans la ville rose. T-bet, 2008, CC-BY-ND, source: Flickr.

Wikimédia ? C’est quoi ?

“Attention, Archives masala, tu as fait une faute de frappe, c’est WikiPédia, pas WikiMédia.”

Ben oui mais non.
Wikimédia France, association loi de 1901 créée en 2004, soutient les projets de la Wikimedia Foundation, dont fait partie Wikipédia, mais pas que. Il y a aussi la médiathèque Wikimédia Commons, le dictionnaire Wiktionnaire, le recueil de citations Wikiquote, la bibliothèque numérique Wikisource, etc.

Wiki

Je lit le hawaïen dans le texte, c'est la classe. Andjam79, 2007, CC-BY, source : Flickr.

Pour ceux qui se seraient égarés dans une faille spatio-temporelle pendant les 10 dernières années, Wikipédia est une encyclopédie collaborative sur le Web, fonctionnant sur le principe du wiki. Un wiki (mot hawaïen qui signifie “rapide”) est un système de gestion de contenu de site Web rendant les pages modifiables par tous. Le contenu de Wikipedia est donc vérifiable, modifiable et améliorable par tout un chacun (est-ce que ça suscite des vocations ?), et librement réutilisable. Cette semaine, le millionnième article en français a été créé. Ça le fait, non ?

Bref, revenons à nos moutons, et à Wikimédia pendant qu’on y est. Outre des activités de promotion et de communication, l’association est chargée de monter des partenariats avec des organismes ou institutions administratives ou culturelles qui peuvent fournir des contenus libres aux projets Wikimedia. Elle peut également aider à la numérisation de contenus.

wikimedia

C'est la danse des wikis.

La culture, c’est GLAM !

Autrement dit, “Galleries, Libraries, Archives, Museums”. Wikimedia s’efforce donc de développer des collaborations avec des institutions culturelles. Ces organismes conservent en effet des fonds et collections très riches, souvent libres de droits, qui peuvent enrichir le contenu de Wikipédia et être ainsi mis à disposition de tous les internautes.

Glamour, on vous le dit !

glamour

Glamour kills... et le rose bonbon aussi, un peu. (Naydeeyah, 2009, CC-BY, source : Flickr)

Un atelier Wikimedia@MW2010 s’est ainsi tenu lors de la conférence Museums & the Web 2010, pour réfléchir à l’établissement de bonnes pratiques de coopération entre Wikimédia et les musées.
Des conférences GLAM-Wiki s’efforcent de renforcer la participation du monde culturel aux projets Wikimédia, à l’échelle d’un pays : la première a eu lieu en 2009 en Australie, et la suivante se tiendra très prochainement au Royaume-Uni (26-27 novembre 2010).
Et en France, me direz-vous, chauvins que vous êtes ? Eh bien rendez-vous les 3 et 4 décembre 2010 pour les Rencontres Wikimédia organisées par Wikimédia France, sur le thème «Patrimoine culturel et web collaboratif». Que du bon en perspective…

Bon, et concrètement, ça donne quoi ?

Plusieurs expérimentations réalisées par des services d’archives, des bibliothèques, des musées explorent les possibilités de coopération avec les différents projets Wikimédia. Retour sur quelques exemples européens.

  • Le précurseur : les Archives fédérales allemandes (Bundesarchiv) sur Wikimedia Commons
bundesarchiv

Petit wiki deviendra grand. (Deutsches Bundesarchiv, Bild 183 1984-0202-506, CC-BY-SA, source : Wikimédia Commons)

La médiathèque Wikimedia Commons est un répertoire d’images et de fichiers multimédia libres d’utilisation, qui sert de réservoir pour l’ensemble des autres projets Wikimédia.
Depuis 2008, le Bundesarchiv a transféré sur Wikimédia Commons pas moins de 80.000 images sur l’histoire de l’Allemagne, placées sous licence Creative Commons. Il s’agit vraisemblablement du don le plus important jamais fait aux projets Wikimedia. Ces images sont ensuite réutilisées notamment pour illustrer les notices de Wikipédia.
Le Bundesarchiv promeut ainsi son image et ses fonds auprès des millions d’utilisateurs de Wikipédia.

  • Une expérience inédite du British museum : un wikipédien en résidence

Dans la concertation entre institutions culturelles et Wikimédia, le plus gros du travail semble être précisément la sensibilisation de ces institutions aux enjeux de la mise en ligne de leurs contenus sur Wikipédia.
A la suite de la conférence GLAM-Wiki australienne en 2009, le vice-président de Wikimédia Australie a conclu que le meilleur moyen de mettre en œuvre ce travail de sensibilisation pourrait bien être d’intégrer un wikipédien à l’équipe d’un musée.
Ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd puisqu’il a été invité en résidence pendant 5 semaines par le British muséum en juin 2010. Bien joué !
Sa mission, puisqu’il l’a acceptée, était de créer et améliorer les articles sur Wikipédia concernant des objets ou des sujets liés aux collections et à l’expertise du musée, de soutenir les wikipédiens qui éditent des articles liés au British Museum, et de travailler avec les équipes du musée pour expliquer le fonctionnement de Wikipédia.
Des projets et animations originaux ont ainsi vu le jour, qui ont largement contribué à développer le nombre et la qualité des articles relatifs aux objets conservés au British museum : accès des wikipédiens aux réserves du musée, organisation d’un concours de notices autour d’un objet-phare, attribution de prix aux meilleures notices, etc.

Ledit wikipédien propose ici un « testament politique » de son expérience, à la fois bilan de ses réalisations et préconisations pour tout organisme qui voudrait renouveler l’exercice. Des candidats ?

  • Les bibliothèques s’y mettent ! La BnF mise sur le participatif

En avril 2010, Wikimédia France et la BnF signent un partenariat pour la mise en ligne sur Wikisource de la transcription de 1400 œuvres tombées dans le domaine public provenant de Gallica.
Wikisource, créé en 2003, propose des retranscriptions d’œuvres tombées dans le domaine public ou publiées sous licence libre.
Les textes fournis par la BnF ont été numérisés et océrisés. Toutefois, sur des textes anciens, la reconnaissance automatique des caractères introduit souvent des erreurs. Le partenariat avec Wikimédia permet aux internautes de participer à la correction des textes.

  • Et Toulouse dans tout ça ?

collier_museum_toulouse

Parure de l'âge du bronze. C'est coquet ! Muséum de Toulouse, CC-BY-SA, source : Wikimédia Commons.

Le 2 octobre 2010, Wikimédia France a signé un partenariat avec la ville de Toulouse, dans le cadre du festival culturel Novela.  Il s’agit de fournir un cadre officiel au développement de nombreux projets avec des institutions culturelles toulousaines.
Ainsi, des wikimédiens vont photographier un millier d’objets de la collection préhistorique dans les réserves du Museum de Toulouse, encadrés par un professionnel du musée. Ces images seront mises en ligne sur Wikimedia Commons. Les métadonnées seront rédigées par des paléontologues.
De même, les Archives municipales de Toulouse proposeront sur Wikimedia Commons environ 200 photographies issues du fonds Eugène Trutat, photographe de la fin du XIXe siècle.

Pour en savoir plus.

[mise à jour 06/10/2010] Liam Wyatt, le « wikipédien en résidence » du British Museum, est au mois d’octobre 2010 invité pour 2 semaines à la Bibliothèque nationale des Pays-Bas pour proposer des pistes de coopération entre le portail culturel européen Européana et Wikimédia. A suivre… 

[mise à jour 18/11/2010] Les Archives nationales des Pays-bas ont également établi un partenariat avec Wikimédia : plus de 1000 photographies de l’agence de presse Anefo, portant sur des personnalités politiques et des événements néerlandais, ont été déposées sur Wikimédia Commons en septembre 2010.

 

Des événements patrimoniaux virtuels sur Twitter – Episode 1.

Par défaut
Ask a curator sur Twitter

#harceleunconservateur

Aujourd’hui 1er septembre 2010 est le « Ask a Curator Day » sur Twitter. Pourquoi ne pas profiter de cette belle occasion pour revenir sur ces événements patrimoniaux dont Twitter est le creuset ?

Twitter, lieu de partage et d’échange, n’apparaît pas nécessairement comme le lieu idéal pour l’organisation d’événements virtuels. Fondé sur l’immédiateté et le temps réel, il ne semble pas particulièrement adapté à la planification et à la projection dans l’avenir. Rendre compte en direct d’événements physiques par un live-tweet endiablé, certes, mais prévoir des mois à l’avance un événement virtuel ?
Et pourtant…
Depuis quelques mois, initiés par la twittosphère muséologique, les événements ne manquent pas sur Twitter, qu’ils soient ou non liés à un événement physique.

Au commencement était #followamuseum

L’idée de l’opération est née de l’esprit créatif de Jim Richardson, muséoblogueur britannique :

« On the 20th January 2010 Microsoft founder Bill Gates joined Twitter, in the 24 hours that followed he attracted 236,000 followers.
With respect to Mr Gates, this got me a little depressed, most museums on Twitter struggle to attract more then 500 followers.
I started to think about how we can draw attention to the museums on Twitter, and get more people to consider following a museum. »

Aussitôt dit, aussitôt fait. La date du 1er février 2010 est choisie pour ce « Follow a museum Day ». Un site Internet spécifique est développé par la société de graphisme Sumo de Jim Richardson, un profil Twitter @followamuseum est créé, et le hashtag #followamuseum commence à se répandre. Le concept est simple : le jour J, chacun est invité à signaler sur Twitter son musée-préféré-qu’il-préfère-au-monde-parmi-tous-les-autres-musées-qui-existent-mais-un-musée-qui-est-sur-Twitter-hein-sinon-ça-compte-pas.

Follow a museum Day

J'aime les musées, gazouiller gaiement, et le mascara noir.

Malgré un gros retentissement international, l’opération n’a pas eu beaucoup de répondant en France où, début 2010, rares étaient les musées présents sur Twitter, et plus rares encore les visiteurs de musées… Mais tout le monde a regardé l’événement avec intérêt (et envie ?). Les esprits se préparaient pour l’avenir.

La Nuit twitte, et soudain les musées français découvrent  Twitter

A l’initiative de 4 musées français (Muséum et musée des Abattoirs de Toulouse, Château de Versailles et musée des Beaux-Arts de Lyon) et de la coordination de La Nuit des musées, en association avec le ministère de la Culture et en partenariat officiel avec Twitter, la Nuit des Musées s’est accompagnée ce 15 mai 2010 d’un événement inédit, « La Nuit twitte ».
Il s’agissait, le temps d’une soirée, pour les musées et leurs visiteurs, de déposer sur Twitter leurs conseils de visite, leurs programmes, leurs impressions, avec le hashtag #NDMTW. Un compte @lanuitdesmusees a été créé pour coordonner l’ensemble.
L’événement physique, la Nuit des musées, se pare ainsi d’un double virtuel, la Nuit Twitte. Le lien entre manifestation physique et manifestation virtuelle est renforcé par la présence dans chacun des musées participants d’écrans où les visiteurs peuvent suivre en direct le hashtag #NDMTW ; des postes informatiques sont également mis à leur disposition pour les encourager à participer à La Nuit twitte.

La Nuit twitte

And the winner is...

Cette opération nationale, liée à un événement physique auquel la plupart des musées participent chaque année, ouvre les yeux de nombreux musées sur l’intérêt que peut représenter Twitter pour leur communication et l’animation de leur communauté d’usagers. C’est pour beaucoup d’entre eux l’occasion d’entrer enfin sur Twitter. Plus de 30 musées participent ainsi à l’opération.
Le succès est énorme. Les chiffres sont explicites :

  • 800 abonnés au profil @lanuittwitte
  • 2300 utilisations du hashtag #NDMTW
  • #NDMTW est en tête du classement des sujets les plus abordés sur le Twitter francophone

A lire : le récit de l’expérience du musée national de la Marine ainsi qu’une analyse plus globale de l’apport de cette opération pour les musées  sur le blog Museonet 2.0.

A suivre…

Bientôt sur Archives masala : « Des événements patrimoniaux virtuels sur Twitter – Episode 2 » :

  • Où l’on demandera plein de choses plus ou moins intéressantes aux conservateurs…
  • Où l’on se demandera ce que peuvent bien fabriquer les Archives pendant ce temps-là…